Les 24 préludes pour piano

Mardi 23 juin 2009, par Laurent (Vnouk) // Discographie

  • Interprète : Jascha Nemtsov
  • Compositeurs : Chostakovitch, Zaderatsky
  • Editeur : Profil
  • Parution : mai 2009
  • Distinctions : 4 étoiles Classica - septembre 2009 (voir la critique) - "Choix de la rédaction" Revue Pianoforum (Moscou) - N°1, 2010

JPEG - 14.2 ko

Jascha Nemtsov interprète sur le même CD les 24 préludes de Dimitri Chostakovitch et de Vsevolod Petrovitch Zaderatsky. Outre le fait que cette production permet une écoute comparée du style des 2 compositeurs ce qui se révèle particulièrement intéressant, l’enregistrement des 24 préludes de Zaderatsky constitue une première mondiale. Il vous est donné ici à écouter les préludes N°5 et 19 de Vsevolod Petrovitch Zaderatsky.

Prelude N°5 in D major

L’interprète

Le pianiste et musicologue russe Jascha Nemtsov est né en 1963 à Magadan. Il a suivi les cours de l’école de musique spécialisée du Conservatoire de Leningrad où il s’est vu attribué la médaille d’or pour son diplôme de fin d’études. Il a poursuivi sa formation musicale au Conservatoire de Leningrad, département de piano où il obtient en 1986 son diplôme final avec distinction. En 1992, il s’est installé en République fédérale d’Allemagne.

« Jascha Nemtsov se présente lui même comme un digne descendant de

JPEG - 26.9 ko

Liszt et de ses élèves » peut on lire dans le magazine allemand « Fono Forum » de novembre 2008, dans une critique écrite à l’occasion de la sortie de son CD sur des œuvres de Liszt. En plus de son exploration du répertoire pianistique classico-romantique, Nemtsov a consacré divers pro­grammes de concerts aux œuvres de compositeurs juifs persécutés et assassinés par les nazis. II s’est également spécialisé dans la musique savante juive et la musique russe du 20ème siècle, interprétant notamment des œuvres de Chostakovitch.

Il a déjà enregistré 25 CD, avec de nombreuses premières mondiales. Ces enregistrements comportent des pièces pour piano seul mais aussi de la musique de chambre avec Tabea Zimmermann (alto), David Geringas (violoncelle), Ingolf Turban, Kolja Blacher et Dimitri Sitkovetsky (violon), Chen Halevi (clarinette) et le Quatuor Vogler. Plusieurs de ses disques ont été salués par la critique internationale, « Audiophile Reference – The Best of 2001 », « Klassik heute Empfehlung », « CHOC - Le Monde de la Musique », « Recording of the month » (MusicWeb), « Disc of the Month April 2006 » (BBC Music Magazine), « Recommandé par classica », « R10 Répertoire ». En 2007, le CD de sonates pour violon et piano de Chostakovitch et Weinberg (avec le violoniste Kolja Blacher) a reçu le Prix de la critique allemande du disque.

Jascha Nemtsov est membre du collège d’études juives à I’Université de Potsdam. En 2004, il a passé sa thèse de doctorat sur « La nouvelle école juive en musique ». En 2007, il a poursuivi ses travaux de recherche universitaire sur « Le sionisme en musique : musique juive et idée nationale »

Le CD

Vsevolod Zaderatsky a écrit ses préludes en 1934, soit un an après Chostakovitch. Jascha Nemtsov relève qu’à cette époque, il vivait à Moscou où il a du être présent au concert de création des 24 préludes de Chostakovitch joués par le compositeur lui même. Cela a pu l’inspirer et l’amener à composer son propre cycle.

Ce premier CD des œuvres de Zaderatsky permet enfin au grand public d’écouter la musique de ce compositeur dont l’œuvre et l’existence ont été niés pendant des décennies. Cette œuvre tient une place particulière sur la longue route menant à la reconnaissance le compositeur. C’est ce que décrit Vsevolod Vsevolodovitch, le fils du compositeur, dans cet extrait de son livre à paraître sur la vie de son père dans la « Revue Musicale » de Moscou (juin 2009 - critique musicale du CD des 24 préludes) :

« Comme les autres œuvres de Vsevolod Petrovitch, les 24 préludes pour piano n’ont pas été connu du public, ni de son vivant, ni dans les 20 années qui ont suivi sa mort. Ils ont peu à peu investi la scène artistique après leur publication à Kiev par les éditions Musicales Ukrainiennes en 1970. A la même époque eut lieu une première représentation avec la pianiste Alla Zaderatskaya, au conservatoire de Kiev, de 12 pièces des 24 préludes (…). A Kiev, les préludes de Zaderatsky devinrent rapidement un centre d’intérêt pour les professeurs du conservatoire et entrèrent presque d’emblée dans le programme des études (…). La première interprétation complète du cycle n’eut lieu qu’en 2002, en Ukraine, lorsque l’Académie de Musique de L’vov (historiquement, le successeur du conservatoire de L’vov où le compositeur a enseigné les dernières années de sa vie) ouvrit son festival de musique avec cette œuvre (…).

Dix ans après l’édition des préludes à Kiev, parut en 1980 un livre intitulé “La musique pour piano en Ukraine soviétique”. Dans les pages de cet ouvrage, on trouve pour la première fois une description analytique des 24 préludes de Vsevolod Zaderatsky, et plus généralement, on a ici la première publication sérieuse sur sa musique. L’auteur du livre, le Professeur V. L. Klin considère ce cycle comme un élément de la musique ukrainienne, en dépit du fait que les préludes témoignent clairement de l’appartenance du compositeur à l’école russe. Il est évident que Vsevolod Petrovitch marche ici avec un profond respect dans les pas de Scriabine et Rachmaninov, et l’on peut noter la résonance existant avec les préludes du déjà “moscovite” Chostakovitch (…).

Le destin des 24 préludes de Zaderatsky en Russie fut très capricieux. A Moscou, le cycle complet fut joué pour la première fois au milieu des années 80 par le jeune pianiste Alexander Markovich alors inconnu à l’ouest. Mais il fallut encore une décennie pour que les éditeurs prêtent attention à cette œuvre et que les professionnels la reconnaissent (…). Alexander Raïkhelson (…) joua la première interprétation complète du cycle qui produisit enfin l’impression d’une véritable ouverture dans l’obscurité où s’était perdue toutes ces années, la renommée du compositeur. Plusieurs mois après, Raïkhelson exécuta à nouveau le cycle lors d’un concert spécialement donné devant le Conseil Académique du conservatoire Tchaïkovsky de Moscou. C’est là que commença, avec cet authentique signe de reconnaissance officielle, le retour à la vie de l’œuvre de Vsevolod Zaderatsky. En 2006, le cycle des préludes fut publié par la maison d’édition moscovite “Deka-BC”.

A partir de ce véritable succès, cette œuvre a été applaudie en Allemagne et en Hollande, où Jascha Nemtsov l’a portée et jouée à de nombreuses reprises dans de plusieurs villes ».

Répondre à cet article